vendredi 29 juin 2012

Entre Vienne et Tain l'Hermitage, le soleil fait rôtir les baies de syrah et de Viognier ...

Nous pouvons l'affirmer : la capitale du Beaujolais aime les Côtes du Rhône du Nord ... Nos huit flacons de viognier, Marsanne, roussanne et  syrah ont joué à guichet fermé ce mardi 26 juin ! Tous ont été dégusté à l'aveugle, sauf un : la syrah "Etalon". j'ai nommé la Syrah VDP Ardèche du domaine Courbis 2010. Sa robe rouge grenat et ses reflets violacés, Son nez poivré, son fruité souligné par le poivre et ses tanins persistants sont les caracteristiques que l'on retrouvera avec plus ou moins de nuances sur les 5 autres flacons.
Commençons par les deux vin blancs : Le St Joseph de Thierry Farjon 2010, sur une dominante d'agrumes et de fruits exotiques en a surpris plus d'un : serais-ce du viognier ? que neni, pas de trace d'abricot, et trop floral ... Que dit le deuxième ?  Le Taburnum 2009 des Vins de Vienne. On pouvait s'y attendre, mais là, c'est du lourd : sa robe jaune dorée tranche avec le St Jo. Son nez d'abricot et de pêche blanche explose de fruit. La bouche suave révèle du litchie, avec un toucher rond et net. Du très bel ouvrage, qui nous gratifie d'une fin de bouche sur la violette. Merci à nos 4 lascars  Cuilleron, Gaillard, Villars, Villa !
En matière de vins rouges, nous passons aux choses sérieuses avec le Côte-Rôtie "Les massales 2005" de Stéphane Otheguy. Sa finesse déroute pour un CDR. Son faible degré alcoolique le ferait passer pour un freluquet. Au nez, c'est la souplesse et la finesse. En bouche, c'est une belle vivacité avec un sentiment d'harmonie réel sur un très beau fruité et une fin de bouche tirant sur la violette. Sa discretion et sa finesse n'impressionne pas notre honorable assemblée ... Mais passons à son contraire : le Cornas 2009 du domaine Courbis. La couleur sombre laisse présager de la puissance et du mystère, ce que confirme son nez animal. Pas de doute, c'est un Cornas à l'ancienne ! L'attaque est charnue et la fin de bouche fine en en contraste. L'assemblée trouve ce qu'elle est venue chercher ... Passons à l'Hermitage "Sizeranne" 2007 de Chapoutier. Sa robe grenat sombre et mate recelle du mystère. Son nez floral (violette) confirme que l'on a à faire à un grand vin. La finesse et l'équilibre de l'attaque sur le cassis mur surprend. Le palet est flaté par une sensation de sucrosité et la fin de bouche confirme. Une très belle harmonie, un peu convenue certes, mais bien en place. Enchaînons par la Côte-Rôtie 2009 "Essartailles" des Vins de Vienne. Contrairement à la réputation de vins boisés que nos 4 lascars véhiculent, celui-ci est fondu et le fruit domine. La fraicheur de la cerise est soutenue par une fine trame boisée. On tient l'âme de l'appellation, c'est à dire l'harmonie entre le fruit, le poivre, le boisé et la violette. Merci encore à nos 4 lascars ! Pour cloturer la séance, voici le Croze-Hermitage 2009 "L'étincelle" du domaine saint Clair. L'explosion de tout ce que l'on aime dans la syrah, comme le poivre, la réglisse, les fruits rouges et noirs puis la violette, avec en prime une bel air de parenté avec l'Hermitage.
Le vote des préferences avant d'enlever les cache-bouteilles s'avère très indecis. Aucune grosse tendance se détache, sauf celle de s'être vraiment fait plaisir avec une appellation homogène et harmonieuse ....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire